Villa T.

Réhabilitation d'une maison de ville. Projet sélectionné aux Prix ADC Awards 2020 et BOTY 2020.

Toulouse 31
  • Maître d'ouvrage : Client particulier
  • Maître d'œuvre : TAA Toulouse
  • Surface habitable : 220 m2
  • Budget : N.C.
  • Date : Livraison Mars 2019

Métamorphose d’une toulousaine

Bordé par le Canal du Midi et par le Jardin des Plantes, le quartier Montplaisir porte bien son nom. Compris dans la zone de protection des monuments historiques et généreusement arboré, il est aujourd’hui des plus prisés. Le projet réinvestit la dernière « toulousaine » de la rue du Japon, à proximité du pittoresque musée Georges Labit. D’à peine six mètres de large, sa modeste façade en briques sable a conservé la riche modénature de ces architectures maraîchères toulousaines : encadrement de porte et fenêtres mouluré, corniche et linteaux à modillons et rosaces, ferronnerie des soupiraux. Quatre logements vétustes en occupaient les deux niveaux, à l’arrière desquels un étroit jardin à l’abandon s’étirait sur une vingtaine de mètres de profondeur jusqu’au talus de la voie ferrée le séparant du bassin du Radoub créé au XIXe siècle pour réparer les péniches du canal.

Dualité architecturale

Bien qu’ayant gagné deux étages, la nouvelle construction vue depuis la rue semble n’avoir été que restaurée d’autant qu’elle assure désormais la continuité d’un front bâti jusqu’à présent disparate. Pourtant, que de modifications à bien y regarder ! Les six nouvelles baies éclairant la surélévation – utilisant la même brique – s’alignent avec les ouvertures du rez-de-chaussée dont seules les quatre marches originelles du perron de la porte d’entrée ont disparu. L’imposte vitrée absorbant cet abaissement est équipée d’un store à lamelles orientables comme l’ensemble des fenêtres. Seules les nouvelles sont serties d’un encadrement métallique ton sur ton. Sciée, l’ancienne corniche a été reposée en alignement de l’acrotère de la maison voisine de droite tandis qu’une toiture débordante en tuiles canal et à chéneau encastré vient la couronner. Un simple badigeon homogénéise l’aspect extérieur général.

Résolument contemporaine, la façade arrière extériorise la conception duale voulue par l’architecte pour cette rénovation. Dûment tramé verticalement, son socle double hauteur est quasiment intégralement vitré tandis que les deux nouveaux niveaux se parent de béton brut, sobrement ajouré par quatre baies symétriques. Tout aussi radical, l’aménagement du jardin se veut un longiligne « vide engazonné » doublé d’un bassin de nage à fleur d’eau où se mire la nouvelle façade. En fond de scène, un poulailler devance le local technique de la piscine que surmonte un bandeau-jardinière planté de bambous de sorte à faire abstraction du passage des trains en surplomb.

Trait de coupe

L’attrait majeur de cette maison de famille est le fruit d’un travail en coupe(s) parfaitement réglé. Deux parois en béton bilame préfabriqué doublent les mitoyens tandis que les dalles de planchers et les volées d’escalier ont été coulées en place avec des hauteurs sous plafond variables. En effet, afin de jouir d’un véritable rez-de-jardin, le rez-de-chaussée a été non seulement surélevé mais sa partie salon vient – comme dans un duplex – en balcon sur le vide double hauteur du séjour-cuisine en rez-de-jardin entièrement vitré sur la nature et le ciel. Le vernis appliqué sur l’encadrement maçonné y réfléchit davantage la lumière naturelle. Des espaces servants (vestiaires-sanitaires, buanderie, chaufferie, cellier et cave) se déploient à l’arrière de la cuisine intégrée. Bacs poubelles, vélos et tondeuse stockés à ce niveau bas accèdent aisément à l’entrée sur rue par une rampe bien inattendue.

Les deux derniers étages hébergent l’espace nuit : deux vastes chambres – chacune avec salle d’eau – au premier dédié aux enfants, la suite parentale avec dressing et salle de bain attenants et deux chambres d’amis avec sanitaires au second sous les combles.

À l’aplomb de la rampe, les volées d’escalier constituent, avec les paliers qui les contournent, un subtil puits de lumière et une cheminée de ventilation grâce aux quatre fenêtres de toit coiffant l’ensemble. Une trémie d’à peine quinze centimètres de large entre les garde-corps cisèle de haut en bas une faille lumineuse qui matérialise l’ascension de l’air chaud aspiré en toiture l’été venu. Ce dispositif de free cooling complété par l’inertie des voiles béton justifie la non climatisation de cette maison… bioclimatique.

Ascèse et références

Ce qui interpelle quasi instantanément le visiteur, c’est le choix volontairement restreint des matériaux : le béton brut lasuré des parois porteuses, le chêne clair des circulations et des agencements systématiquement intégrés, les cloisons plâtre immaculées et la lumière naturelle cadrée comme des tableaux. D’ailleurs, le maître des lieux est un collectionneur d’art contemporain et de design, mais aussi un amateur de beaux livres et de littérature. L’architecte a donc transformé en cimaise cloisons et panneaux menuisés à l’exception des murs maçonnés parfaitement calepinés, afin de leur conserver leur allure de vastes monochromes. Ainsi dédiées à l’exposition, la cage d’escalier et la rampe font un clin d’œil miniature au parcours en hélice de la fondation Guggenheim de New York, signée Frank Lloyd Wright. L’épaisseur des garde-corps de la cage d’escalier intègre la bibliothèque comme si la connaissance livresque permettait à l’homme de s’élever. Cette fascinante faille verticale semble aussi vouloir relier symboliquement la terre au ciel. La matérialité ascétique de la Villa T évoque inconsciemment le meilleur de l’architecture contemporaine nipponne. Ne sommes-nous pas rue du Japon ? Parfaitement « réglés », ses proportions, finitions et détails – rendant souvent la technique invisible (cf. les interrupteurs électriques) – pourraient lui valoir d’être renommée « la Maison du Té » !

 

Photographe : Luc Boegly

plan situation villa t toulouse 31
plan niveau jardin villa t toulouse 31
plan RDC villa t toulouse 31
plan R+1 villa t toulouse 31
plan R+2 villa t toulouse 31
coupe longitudinale villa t toulouse 31
Façade ouest villa t toulouse 31

Façades ouest et est, avant réhabilitation :

villa t avant réhabilitation toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31
copyright Luc Boegly Villa T Toulouse 31